Aller au contenu principal
Eau et irrigation

Programmes

Une nouvelle politique volontariste

Cruciale pour la sécurité alimentaire, importante pour le développement de l’économie nationale et rurale, déterminante pour la résilience au changement climatique, significative pour la promotion de l’emploi en milieu rural…, l’irrigation a toujours été au centre des préoccupations des pouvoirs publics.  L’agriculture irriguée est cependant restée, pendant des décennies, confrontée à une raréfaction des ressources en eau sous les effets conjugués des sécheresses successives et prolongées et de l’augmentation de la demande en eau de différents secteurs économiques.

Pour relever le défi de produire de manière durable et compétitive, l’agriculture irriguée est entrée depuis l’adoption du Plan Maroc Vert, dans une nouvelle ère ; une « ère de la rationalisation et de la valorisation de l’eau d’irrigation ». Ainsi, une politique volontariste de généralisation des techniques d’irrigation économes en eau et de valorisation de l’eau agricole a été adoptée et déclinée à travers quatre principaux programmes :

  • Programme National d’Economie d’Eau en Irrigation (PNEEI) : concerne le développement de l’irrigation localisée sur une superficie totale de 550 000 ha ;
  • Programme d’Extension de l’Irrigation (PEI) à l’aval des barrages :  a pour périmètre d’action la création de nouveaux périmètres irrigués et le renforcement de l’irrigation des périmètres existants sur une superficie de 130 000 ha ;
  • Programme de réhabilitation et de sauvegarde des périmètres de Petite et Moyenne Hydraulique (PMH) : a été mis en place afin d’améliorer l’efficience de l’infrastructure d’irrigation traditionnelle au niveau des périmètres de PMH ;
  • Programme de Promotion du Partenariat Public-Privé : s’attèle à l’amélioration des conditions techniques, économiques et financières de la gestion du service de l’eau d’irrigation, à travers le développement de nouveaux projets d’irrigation dans le cadre de Partenariats Public-Privé.

Impact des programmes d’irrigation

Des ressources hydriques mieux valorisées

A fin 2019, la mise en œuvre de ces programmes a permis de réaliser des aménagements hydro-agricoles sur une superficie de près de  800 000 ha (dont 585 000 ha en irrigation localisée soit environ 50% de la superficie irriguée au niveau national) et ce, au profit de    235 000 exploitations agricoles et pour un effort d’investissement de près de 36 milliards de dirhams.

Indicateurs clés

2 Md


D’eau économisée annuellement

+120% à +420 %


D’accroissement de la valorisation de l’eau

20 Md DH


De production additionnelle

230000


Emplois créés

3 à 4 fois plus


De revenu moyen par agriculteur

Success Story

La métamorphose du bassin d’Oum Errbia

Sur une superficie de 21 167 ha s’étendant sur les périmètres de grande hydraulique du Haouz, Doukkala et Tadla, le projet de modernisation de l’agriculture irriguée dans le bassin de l’Oum Errbia (PROMER) a changé la vie de quelques 6 200 agriculteurs. Mené entre 2011 et 2017 pour un coût de 1 milliard de dirhams, ce projet a permis de moderniser l’infrastructure d’irrigation tout en accompagnant les agriculteurs pour le passage à l’irrigation localisée.

La reconversion de l’irrigation gravitaire et par aspersion à l’irrigation localisée - économe en eau et en énergie – a permis une diminution du pompage d’eau souterraine de 50% ainsi que des économies de 40% des ressources hydriques utilisées. Celles-ci ont été mieux valorisées grâce aux différentes infrastructures installées pour ne citer que le réseau de distribution de 1 160 km de conduites (petits et grands diamètres) et un bassin de stockage et de décantation d’une capacité de 100 000 m3. Le service de l’eau est complètement transformé, en devenant individualisé et à la demande (prise et compteur individuels au lieu d’une irrigation au tour d’eau imposé par la rigidité du réseau gravitaire) permettant une grande flexibilité et une efficience d’application de l’eau accrue. Des cultures à haute valeur ajoutée ont été introduites, permettant de diversifier l’assolement, mais aussi d’améliorer le taux d’intensification culturale de 20%. De son côté, la production a augmenté de 25%, permettant une amélioration des revenus des agriculteurs de 20 à 40% et un doublement de la valeur locative des terres.

Perspectives

Assurer la durabilité du développement agricole

La nouvelle stratégie agricole « Génération Green 2020 – 2030 » entend poursuivre les efforts déployés en matière de maîtrise et de rationalisation de l’utilisation de l’eau en agriculture. L’ambition est de doubler l’efficacité hydrique et de développer un secteur agricole performant dans le respect de l’écosystème environnemental. En plus de l’achèvement de plusieurs projets en cours, il est question de mettre en œuvre le volet eau agricole du Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Irrigation 2020-2027. Celui-ci porte sur une superficie globale de 510 000 hectares au profit de 160 000 bénéficiaires, pour un investissement de 14,7 milliards de dirhams.

Les efforts à mener porteront essentiellement sur :

  • L’achèvement des projets de modernisation des systèmes d’irrigation collectifs en cours sur 70 000 ha ;
  • L’achèvement des projets d’extension de l’irrigation en cours sur 44 000 ha ;
  • La poursuite des efforts d’économie d’eau et de modernisation des systèmes d’irrigation en vue d'équiper une superficie additionnelle de 350 000 ha pour atteindre à l’horizon 2027 une superficie globale, équipée en systèmes d’irrigation économes en eau de 940 000 ha, soit près de 60% de la superficie irriguée. Cela permettra une économie annuelle de plus de 2,5 milliards de m3 d’eau ;
  • La poursuite du projet d'aménagement hydro-agricole pour la sauvegarde de près de 30 000 ha de terres irriguées dans la plaine de Saïss, à travers l’adduction et la distribution d’eau mobilisée à partir du barrage M'dez ;
  • La préservation de la petite agriculture irriguée à travers la réhabilitation et la rénovation des périmètres de petites et moyennes hydrauliques sur 150 000 ha, notamment dans les secteurs précaires ;
  • L’aménagement hydro-agricole de la zone sud-est de la plaine du Gharb. Ce projet ambitieux vise à étendre l'irrigation sur une superficie de 30 000 hectares afin de valoriser les ressources en eau mobilisées par le barrage Al Wahda ;
  • L’achèvement des projets de PPP en cours sur 23 200 ha (Azemmour Bir Jdid, Chtouka, Dakhla) ;
  • Le développement de nouveaux projets PPP de dessalement de l’eau de mer ;
  • Le Développement du pompage solaire en irrigation.

Les cookies

Dans le cadre de l’amélioration de ses services, des cookies pourront être placés sur l’ordinateur de l’utilisateur en vue de générer des statistiques sur l’utilisation du site Internet du Ministère de l'Agriculture (les pages les plus visitées, la fréquence d’accès au site, etc). Les statistiques générées à l’aide de ces cookies sont conservées pour une durée de deux ans.

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.